La Société des Professeurs de Philosophie (SO.P.PHI)

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi, juillet 8 2020

Audience au CSP : le bilan de la mise en œuvre des nouveaux programmes (6 juillet 2020)

Vignette 1La SO.P.PHI a été reçue en audience au ministère de l’éducation nationale le 6 juillet 2020 par Madame Souâd AYADA, Présidente du Conseil Supérieur des Programmes. Cette audience aura été l’occasion d’un bilan de la mise en œuvre des nouveaux programmes et d’un échange sur les perspectives pour l’année scolaire 2020/2021. Jean-Marie FREY a exposé l’analyse de la SO.P.PHI.

L’analyse de la SO.P.PHI

samedi, juin 27 2020

Communiqué : démission du jury du CAPES interne et du CAER de philosophie

L’académie de PlatonLa SO.P.PHI apporte un soutien sans réserve à la décision des membres du jury du CAPES interne et du CAER de philosophie de démissionner collectivement pour protester contre la décision du ministère de supprimer purement et simplement l’oral d’admission du concours. Cette épreuve est essentielle ! Elle seule permet d’apprécier, en dernière instance, l’aptitude des candidats à enseigner la philosophie, c’est-à-dire à élaborer et à instruire un problème philosophique, par la parole, avec les élèves. Supprimer cet oral, c’est prendre le risque de recruter, pour une carrière entière, des professeurs qui n’auraient pas cette aptitude, et d’écarter, au contraire, des candidats qui la possèderaient. À l’évidence, une telle suppression pourraient dégrader, pour une part, l’enseignement de la philosophie dans l’École de la République au détriment des lycéens. La SO.P.PHI pose donc une question, ici : au moment d’un « déconfinement » qui se généralise, pourquoi le ministère abandonne-t-il une épreuve aussi décisive, annoncée d’abord comme reportée en septembre ?

 

lundi, juin 8 2020

De la question au problème : la dissertation philosophique

Vignette 3En philosophie, la différence entre une simple question et un véritable problème est essentielle. Un sujet-question est d'abord l'indice d'un problème, et c'est pourquoi il faudra toute une instruction avant de pouvoir tenter d'y répondre. À l’évidence, le problème implique des opérations réflexives qui permettront de procéder à son examen en vue de son éclairage.‌ Ces opérations sont indissociables des notions qui constituent les programmes de philosophie des classes terminales.

La dissertation philosophique

Qu’est-ce-qu’un-problème ?

vendredi, juin 5 2020

Document d'accompagnement des programmes de Philosophie : la proposition de la SO.P.PHI

L’académie de PlatonÀ la demande de la DGESCO, le groupe de philosophie travaille à la rédaction de documents d’accompagnement des programmes de philosophie. Un point retient en particulier son attention, qui concerne la définition de la « problématisation » et des opérations intellectuelles qui l’accompagnent en philosophie. La SO.P.PHI a été consultée par Monsieur le Doyen du groupe philosophie de l’inspection générale sur cette définition.

La proposition de la SO.P.PHI

dimanche, février 16 2020

Alerte sur l'avenir de l'enseignement de la philosophie dans la voie technologique

Vignette 1 Aux yeux de la SO.P.PHI, la place de la philosophie dans la voie technologique est essentielle puisque l’élémentarité qu’elle exige constitue le socle de tout enseignement authentiquement philosophique dans les lycées de la République. Depuis 2014, et dans une démarche d'unité intersyndicale et interassociative, elle a donc participé à toutes les audiences au ministère et cosigné tous les textes réclamant le rétablissement du dédoublement d’une heure de cours dans les classes de la voie technologique. Aujourd’hui, elle s’inscrit dans la même démarche d’unité pour alerter le ministère sur l’avenir de l’enseignement de la philosophie dans une voie qui mériterait d’être enfin vraiment prise en considération.

Alerte sur l’enseignement de la philosophie dans la voie technologique

jeudi, février 13 2020

Les épreuves de philosophie au baccalauréat : la publication de la note de service au BO

Vignette 3La note de service concernant l’épreuve de philosophie de la voie générale et de la voie technologique à compter de la session 2021 du baccalauréat est publiée au BO du 13 février 2020.

La SO.P.PHI constate que ce texte est en phase avec ses propositions en ce qui concerne la voie générale. Le projet d’une dissertation accompagnée d’un corpus de textes et d’une « consigne » portant sur l’usage de ces textes est heureusement abandonné !

Les élèves auront donc à choisir entre deux sujets de dissertation « constitués par une question simple » et l’explication d’un texte « d'une longueur raisonnable dont l'auteur figure dans la liste des auteurs au programme (et qui) se rapporte explicitement à une ou à plusieurs notions du programme ». « Les sujets de dissertation prennent, dans toute la mesure du possible, la forme d'une question directe. Les intitulés de sujet appellent une discussion rigoureuse sur une ou plusieurs notions du programme, et celles-ci sont aisément repérables par les candidats ».

Une épreuve de cet acabit, pour la voie générale, est en parfaite cohérence avec le programme de notions pour lequel la SO.P.PHI s’est engagée avec force depuis le début de la réforme du baccalauréat.

En ce qui concerne la voie technologique, la SO.P.PHI est satisfaite de constater l’abandon du projet de dissertation accompagnée de questions « facultatives ». Elle retrouve ses propositions en constatant que sont retenus, comme dans la voie générale, deux sujets de dissertation qui « prennent toujours la forme d'une question simple » et dont les « intitulés appellent un examen précis et une discussion rigoureuse sur une ou sur plusieurs notions du programme aisément repérables par le candidat ».

Des sujets de cette nature permettent à l’épreuve du baccalauréat d’être cohérente au regard du programme de philosophie de la voie technologique qui est constitué, comme dans la voie générale, de notions élémentaires.

Toutefois, la SO.P.PHI considère que le sujet-texte compliquera inutilement les choses pour les candidats qui, notamment dans la voie technologique, ont besoin de clarté et de simplicité. La série de questions qui accompagnera le texte, ne produira-t-elle pas, comme l’épreuve de la série STHR, un effet de complication dont les élèves les plus fragiles n’ont pas besoin ?

Les épreuves dans la voie générale
Les épreuves dans la voie technologique

lundi, décembre 9 2019

Réforme du CAPES de philosophie : communiqué de la SO.P.PHI

La SO.P.PHI exprime sa consternation à l’égard du projet de réforme du CAPES de philosophie. Il est question de limiter le travail proprement philosophique des candidats à une seule épreuve écrite sur deux, et à une seule épreuve orale sur deux. Les autres épreuves seraient d’une autre nature : la présentation d’une séquence d’enseignement à l’écrit, et une épreuve principalement orientée vers la déontologie à l’oral.

Ceux qui envisagent de modifier les épreuves du CAPES devraient avoir à l’esprit ce que sont les programmes de philosophie des classes terminales. Car ces programmes déterminent très précisément la nature du métier de professeur de philosophie !

Les programmes de philosophie, aussi bien dans la voie générale que dans la voie technologique, sont constitués de notions, c’est-à-dire de champs de problèmes, et d’une liste d’auteurs. Ce que doit donc démontrer tout candidat au CAPES de philosophie ? Une chose essentielle : sa capacité à poser un problème et à instruire ce problème d’une façon élémentaire afin que tous les élèves, même les plus fragiles, puissent acquérir une culture philosophique initiale. Les exercices permettant au jury du concours d’évaluer cette compétence professionnelle ? À l’écrit : la dissertation et l’explication de texte. À l’oral : l’élaboration de leçons à partir d’une question, d’une notion, d’un couple de notions, ou d’un texte. Toute autre épreuve ne serait que poudre aux yeux et faux-semblant. Et le temps consacré à sa préparation ne serait qu’égarement à l’égard d’une authentique formation des professeurs de philosophie dans l’École de la République !

mardi, octobre 22 2019

Communiqué : la réforme des épreuves de philosophie au baccalauréat

La SO.P.PHI a pris acte du fait que la réforme des épreuves du baccalauréat concernant la philosophie se fera sans aucune consultation des associations, contrairement à ce qui avait été prévu initialement.

Elle constate que cette réforme suscite de grandes inquiétudes comme l’attestent les questions qui lui sont posées par la profession, et les vives réserves exprimées par les trois associations de professeurs de philosophie (APPEP, SO.P.PHI, ACIREPH).

Après la publication des programmes, il lui paraît donc nécessaire que les professeurs de philosophie soient consultés sur cette réforme qui engage leur enseignement. La préparation des lycéens à l'examen en constitue en effet un aspect essentiel.

Elle considère que l’épreuve, dans la voie technologique, doit être améliorée afin de prendre en considération les difficultés rencontrées par les élèves, mais que cela ne peut se faire sans une consultation des professeurs, et alors que l’on n’a jamais publié une évaluation de la réforme des sujets dans la série STHR.

jeudi, octobre 17 2019

Les épreuves de philosophie au baccalauréat : les associations ne seront pas consultées

Vignette 1Il n’y aura pas de consultation des associations sur l’évolution des épreuves de philosophie au baccalauréat. Elles ne seront reçues ni par le Groupe philosophie de l’Inspection Générale, ni par la DGESCO. Les associations ne seront entendues par le Groupe philosophie, qu’au moment de la rédaction des « textes d’accompagnement » de cette réforme. Ce que l’on sait du texte qui va paraître très prochainement :

Dans la voie générale, serait introduite une dissertation accompagnée d’un corpus de textes et d’une « consigne » portant sur l’usage de ces textes. Cette « consigne » ne serait pas encore « au point ». La prise en compte du corpus par les candidats serait facultative.

Dans la voie technologique, il y aurait deux sujets au choix. 1) Une dissertation accompagnée de questions portant sur l’analyse du sujet, la position du problème et un développement argumenté. La prise en compte de ces questions par les élèves serait facultative. 2) Une explication de texte version STHR. La prise ne compte des questions par les candidats serait également facultative.

Évidemment, en l’absence de texte officiel tout cela est à prendre au conditionnel. La SO.P.PHI a déjà fait connaître très largement ses propositions concernant les épreuves de philosophie au baccalauréat auprès de tous les responsables institutionnels. Le Bureau rendra publique son analyse de la réforme engagée lorsque la note de service sera publiée.

jeudi, octobre 10 2019

Communiqué : les épreuves de philosophie au baccalauréat

Des projets concernant les épreuves de philosophie au baccalauréat commencent à circuler : pour la voie générale, l’ajout d’une dissertation accompagnée d’un corpus de textes ; pour la voie technologique, deux sujets au lieu de trois actuellement : une dissertation « guidée », et un texte suivi de questions. On pensera ici aux épreuves de la série STHR (Sciences et Technologie de l’Hôtellerie et de la Restauration).

En ce qui concerne la voie générale, la proposition d’une dissertation accompagnée d’un corpus de textes est tout simplement incompréhensible. Une épreuve de cet acabit serait absurde. On ne demanderait évidemment pas aux élèves d’expliquer philosophiquement tous les textes du corpus, ce qui serait insensé dans le temps limité de l’épreuve. Il s’agirait donc d’inviter les élèves à comparer des thèses. À l’évidence, une telle épreuve entrerait en contradiction avec le programme de notions qui, précisément, écarte toute doxographie !

À présent, en ce qui concerne la voie technologique, la position de la SO.P.PHI est inchangée : elle refuse une extension des sujets de la série STHR à toute la voie technologique, parce qu’elle considère que ces sujets ne sont pas de nature à favoriser le libre exercice du jugement des élèves. Dans le même temps, elle est ouverte à la discussion, puisqu’elle a fait des propositions permettant d’envisager une évolution qui n’altèrerait aucunement le caractère philosophique de l’épreuve du baccalauréat dans la voie technologique.

mardi, septembre 3 2019

Réforme du baccalauréat : l’épreuve de philosophie

L’académie de PlatonÀ ce jour, et après deux années d’engagement, la Société des Professeurs de Philosophie considère qu’elle a obtenu satisfaction sur des points essentiels de la réforme du baccalauréat :

1- Un horaire de quatre heures pour tous les élèves dans la voie générale.

2- Pour la spécialité HLP, que nous n’avons pas demandée, un programme de thèmes, bien distinct du programme de notions des classes terminales. Cette distinction, refusée par beaucoup, était essentielle pour garantir la place de la philosophe en terminale comme enseignement initial.

3- Pour la philosophie, des programmes de notions élémentaires sans aucune détermination arbitraire, aussi bien pour la voie générale que pour la voie technologique.

Il reste à présent la question de l’épreuve de philosophie au baccalauréat. Dans les semaines qui viennent, la SO.P.PHI devra à nouveau se mobiliser.

Le Bureau a fait parvenir ses propositions, au CSP en décembre 2018, et à la DGESCO après l’audience du 20 juin 2019. Ces propositions sont le fruit de notre engagement et de notre réflexion depuis de nombreuses années.

Lors de l’audience du 10 octobre 2012 au ministère, le doyen du groupe philosophie de l’Inspection Générale, Monsieur MATHIAS, avait proposé de supprimer la question 3, c’est-à-dire le moment critique, du sujet texte dans la voie technologique. La SO.P.PHI avait alors défendu, et obtenu, le maintien de cette question en prenant appui sur les Recommandations pour la formulation des sujets contenues dans la Note de service du 19 mai 2006, et en montrant comment la cohérence des épreuves avec un programme de notions impose de maintenir ce moment essentiel de l’explication de texte.

Nos propositions, depuis lors, s’inscrivent dans la logique des Recommandations de 2006 que nous défendons pour combattre toute réforme qui, à l’image des sujets dans la série STHR, compliquerait le travail des élèves et ferait obstacle à l’exercice libre de leur jugement.

La Note de service du 19 mai 2006

Les propositions de la SO.P.PHI

samedi, août 3 2019

Disparition de Christiane Menasseyre, philosophe et républicaine

La disparition de Christiane Menasseyre qui fut doyenne de l’Inspection générale de philosophie après avoir brillamment enseigné la philosophie en terminale, puis en classes préparatoires aux grandes écoles et à l’Institut d’études politiques de Paris nous attriste tous. La SO.P.PHI rend hommage à celle qui fit tant pour qu’un authentique enseignement de la philosophie soit maintenu dans nos lycées. C’est une importante figure de la philosophie au service de la république qui vient de nous quitter. Nous pensons à elle et à ses proches.

Un très bel hommage lui est rendu par Jean-Paul Jouary : MORT DE CHRISTIANE MENASSEYRE, BELLE ÂME PHILOSOPHIQUE

jeudi, juillet 25 2019

Communiqué sur les programmes de philosophie publiés au BO

La Société des Professeurs de Philosophie a pris connaissance des programmes de philosophie des classes terminales de la voie générale et de la voie technologique publiés le 25 juillet 2019 au BO du ministère de l’éducation nationale. Elle constate, que le nombre des notions, comme elle le demandait, a été réduit (dix sept pour la voie générale et sept pour la voie technologique) ; que ces notions sont des « notions communes » ce qui assure le caractère initial et donc élémentaire de l’enseignement de la philosophie au lycée ; que les perspectives et les tableaux introduits ne déterminent pas arbitrairement l’examen des problèmes ; et enfin que l'explication de texte et la dissertation sont reconnues comme « les formes majeures de composition » sur lesquelles les apprentissages doivent reposer. La SO.P.PHI exprime donc sa pleine satisfaction à l’égard de ces programmes qui sont parfaitement en phase avec les exigences d’un authentique enseignement de la philosophie dans l’École de la République. Elle restera vigilante sur un point essentiel au regard de cet enseignement : que les épreuves de philosophie au baccalauréat ne viennent pas altérer les choses, par exemple en étendant à toute la voie technologique les actuels sujets de la série STHR.

Jean-Marie FREY
Président de la SO.P.PHI

Les programmes de philosophie

mardi, juillet 9 2019

Communiqué : un programme sans détermination arbitraire

La Société des Professeurs de Philosophie a pris connaissance du projet de programmes de philosophie qui a été envoyé hier aux membres du CSE. Ce projet est parfaitement en phase avec les exigences d’un authentique enseignement de la philosophie dans l’École de la République. Les notions retenues sont élémentaires, les perspectives introduites ne déterminent pas arbitrairement leur examen, et les tableaux proposés pas davantage. En effet, « les notions retenues le sont précisément parce qu'on ne saurait réduire d'avance leur examen à une dimension unique de l'expérience humaine ».

Un point est toutefois inquiétant : dans ce projet, la partie intitulée « La philosophie à l’examen du baccalauréat » et qui concluait les programmes proposés par le CSP à été supprimée. Pourtant, le travail d’une année préparant au baccalauréat est bien déterminé par les épreuves auxquelles il conduit.

La SO.P.PHI restera donc vigilante sur ces deux points : 1) que le projet dont nous venons de prendre connaissance soit bien maintenu en l’état jusqu’à sa publication officielle (et que la partie « philosophie à l’examen du baccalauréat » soit réintégrée dans ce texte) ; 2) que les épreuves de philosophie au baccalauréat ne viennent pas altérer les choses, par exemple en étendant à toute la voie technologique les actuels sujets de la série STHR.

vendredi, juillet 5 2019

Communiqué : la réforme et la rumeur

La Société des Professeurs de Philosophie, depuis sa création il y a dix ans, s’inscrit dans le mouvement qui, en 2003 et avec l’immense majorité des professeurs de philosophie, a défendu l’existence d’un véritable programme de notions pour la philosophie dans les lycées de la République. Or, à quelques jours de la publication des nouveaux programmes et des épreuves de philosophie, une rumeur insistante laisse entendre que le Ministère s’apprête à prendre deux décisions qui constitueraient une atteinte profonde à cet enseignement qui est une singularité de notre École.

D’une part, il se dit que le programme de notions serait subordonné à des perspectives. La réforme prendra-t-elle la responsabilité de mettre fin à un enseignement qui est attaché, par sa nature même, à l’autonomie du jugement des élèves ?

D’autre part, il se dit que les sujets d’examen qui sont actuellement ceux de la série STHR (Sciences et technologies de l'hôtellerie et de la restauration) seraient étendus à l’ensemble de la voie technologique. Une telle décision serait absolument incompréhensible pour une grande majorité des professeurs qui considèrent que ces sujets sont d’une complexité telle que les élèves les plus fragiles se trouveraient définitivement écartés de toute culture philosophique initiale. Il suffit, pour s’en convaincre, de prendre connaissance des consultations menées par les syndicats et associations auprès des professeurs, et des analyses critiques déjà publiées dans la presse à propos de ces sujets.

Que faut-il penser de ces rumeurs ? Sont-elles l’échos de décisions déjà arrêtées ? Ne sont-elles que des bruits infondés ? En tous les cas, elles sont une source d’inquiétude pour la SO.P.PHI qui reste prudente mais bien déterminée. À ce jour, elle attend dans les plus brefs délais des informations vérifiées qui les démentiraient.

Jean-Marie FREY
Président de la SO.P.PHI

mercredi, juin 26 2019

Les sujets de philosophie au baccalauréat technologique : l’oubli de l’élémentaire

L’académie de PlatonLa SO.P.PHI n’est pas opposée par principe à une évolution des sujets de philosophie au baccalauréat. Toutefois, elle constate que les nouveaux sujets qui sont proposés aux élèves de la série STHR depuis la session de juin 2018 imposent des obstacles aux candidats plutôt que de leur permettre d'identifier et de surmonter des difficultés.

En décembre 2018, le Bureau de la SO.P.PHI a fait parvenir au CSP et au doyen du groupe philosophie de l’Inspection Générale une contribution qui présente l’état de sa réflexion concernant les épreuves de philosophie au baccalauréat général et technologique. Après l’audience du 20 juin 2019 à la DGESCO, le Bureau a fait parvenir une synthèse de ses propositions à la DGESCO, au CSP, et au Doyen du groupe philosophie de l’Inspection Générale. À ce jour, il a sollicité une audience auprès du Doyen du groupe philosophie de l’IG ayant pour objet les épreuves de philosophie au baccalauréat qui doivent être définies par la DGESCO au 15 juillet.

Avec les sujets retenus dans la série STHR au baccalauréat technologique pour la session de juin 2019, la SO.P.PHI constate que ses craintes sont confirmées : l’oubli de l’élémentaire engendre une complexité qui ne permet pas aux élèves les plus fragiles d’accomplir un travail authentiquement philosophique. Elle s'inquiète d’une éventuelle généralisation de ce type de sujets à l’ensemble de la voie technologique.

Analyse des sujets STHR (2019)
Le choix de l’élémentaire
Les propositions de la SO.P.PHI

Les sujets de philosophie au baccalauréat: le choix de l'élémentaire

Platon_Aristote.jpgUn sujet de dissertation proposé aux élèves de la série littéraire lors de la session de juin 2019, offre l'occasion de mettre en évidence, à partir de ce cas particulier, la nature de l'élémentaire qui doit présider à l’enseignement de la philosophie au lycée, et au choix des sujets pour le baccalauréat.

Le choix de l'élémentaire

lundi, juin 24 2019

Audience de la SO.P.PHI à la DGESCO : l'épreuve de philosophie au baccalauréat

Vignette 1Lors de l'audience du 20 juin à la DGESCO, la Société des Professeurs de Philosophie a été interrogée sur une évolution possible des épreuves de philosophie au baccalauréat. Ces épreuves doivent être définies au 15 juillet. La SO.P.PHI a donc fait parvenir à la DGESCO une synthèse des propositions transmises au CSP en décembre 2018.

Les propositions de la SO.P.PHI concernant l'épreuve de philosophie

vendredi, juin 21 2019

Consultation sur le projet de programmes de philosophie du CSP : les propositions de la SO.P.PHI

PlatonLa fin de la consultation sur le projet de programmes de philosophie du CSP est repoussée au 23 juin. Après l'audience du 20 juin, la SO.P.PHI a fait parvenir à la DGESCO une synthèse de ses propositions.

Consultation sur les programmes de philosophie : les propositions de la SO.P.PHI

jeudi, juin 20 2019

Les nouveaux programmes de philosophie: audience de la SO.P.PHI à la DGESCO (20 juin 2019)

L’académie de PlatonLe 20 juin 2019, la SO.P.PHI a été reçue en audience à la DGESCO. Étaient présents, pour la DGESCO, Monsieur Jean-Marc HUART, Directeur général, Madame Muriel GRÉBERT, chargée d’études au bureau des contenus d’enseignement et des ressources pédagogiques, et Monsieur David MULLER, chef du bureau des contenus d’enseignement et des ressources pédagogiques ; pour la SO.P.PHI, Monsieur Jean-Marie FREY (Président de la SO.P.PHI) et Madame Anne-Bérangère POIREY (régionale de la SO.P.PHI, Académie de Nantes).

Le compte rendu de cette audience

Audience de la SO.P.PHI à la DGESCO

- page 1 de 5