Vignette 3Lors de l’audience du 20 mars au Conseil Supérieur des Programmes, à la demande de Madame Souâd Ayada, présidente du CSP, les copilotes du Groupe d’experts en charge du programme de philosophie, Monsieur Frank BURBAGE (Doyen du Groupe philosophie de l’Inspection Générale), et Monsieur Pierre GUENENCIA (Professeur émérite de philosophie à l’Université de Dijon), ont présenté l’état de leurs propositions. La SO.P.PHI était représentée par Monsieur Jean-Marie FREY (président) et Monsieur François MORICEAU (vice-président).

Nous reprenons ici seulement les éléments essentiels de cette présentation, tels que nous les avons pris en note (ce n’est pas un verbatim). Ce qui suit n’est donc pas autre chose qu’un compte rendu. Il ne s’agit en aucune manière d’une analyse de la SO.P.PHI. Le Bureau de l’association recevra les analyses des membres de l’association jusqu’au 28 mars. La position de la SO.P.PHI ne sera rendue publique qu’après cette consultation.

À ce stade de la réforme, les éléments du programme de philosophie constituent « un projet de projet ». Les choses sont susceptibles d’évoluer. Le CSP pourra amender la proposition finale du Groupe d’experts, proposition qui est encore en cours d’élaboration. La DGESCO aura également son « mot à dire » à partir de la consultation qui sera menée. Le calendrier de la réforme est indiqué à la fin de ce compte rendu.

La proposition du Groupe d’experts

Est d’abord affirmée une continuité avec les programmes actuels sur les grands principes :

- Le professeur de philosophie a la responsabilité intellectuelle de son cours. Il en est l’auteur. Il n’y a pas de philosophie officielle.

- Le programme de philosophie est un programme de notions (jointes à des repères) avec une liste d’auteurs. Et l’étude suivie d’une œuvre reste prescrite. Le Groupe d’experts a cherché un équilibre entre « ceux qui souhaitent une détermination » et « ceux pour qui la liberté du professeur est essentielle ». La consolidation de la liste des repères joue ce rôle.

Sur cette base, le programme de philosophie se distingue sans ambiguïté du programme de la spécialité HLP. Le second n’est pas un programme de philosophie. Et le premier est constitué de notions qui ne sont pas historiquement différenciées. Au demeurant, le programme de philosophie n’est pas étranger à une articulation du secondaire et du supérieur, puisqu’en philosophant, on se prépare aux études supérieures.

La structure du programme envisagé

1) Le préambule présente un « horizon pratique » de l’enseignement de la philosophie au lycée. Cet « horizon » est une reprise ajustée du titre III des programmes actuels, intitulé « Apprentissage de la réflexion philosophique ».

2) Les champs présentés dans la colonne de gauche des programmes actuels sont remplacés par quatre « perspectives » de travail qui sont une manière d’assurer une continuité avec le supérieur. Ces quatre perspectives sont : la métaphysique ; l’épistémologie ; la morale et la politique ; l’anthropologie.

Ces perspectives constituent « des priorités et non une exclusivité » dans la manière d’aborder les notions dans le cours. Mais elles imposeraient tout de même une exclusivité en ce qui concerne les sujets d’examen. Ce point ne pourra pas être précisé dans le texte du programme. Il pourrait donner lieu à un texte de recommandations de l’Inspection Générale.

Les perspectives et notions retenues à ce jour

Pour la voie générale :

1- Métaphysique : le corps et l’esprit ; le désir ; l’existence et le temps ; l’idée de Dieu (Monsieur GUENANCIA justifie cette formulation par le fait que l’idée de Dieu est au fond une idée que toute métaphysique envisage d’une manière ou d’une autre, et que cette idée, comme toute idée est dans l’esprit, ce qui rend cette formulation plus proche de ce que tout élève peut comprendre).

2- Épistémologie : le langage ; raison et vérité ; sciences et expérience ; étude d’un concept scientifique dans les champs des sciences de la matière ou des sciences du vivant ; la technique.

3- Morale et politique : la liberté ; l’État, le droit et la société ; la justice ; la responsabilité.

4- Anthropologie : la nature et la culture ; l’art ; la religion ; l’histoire.

Pour la voie technologique :

1- Métaphysique : le corps et l’esprit.

2- Épistémologie : la raison ; la vérité ; sciences et technique.

3- Morale et politique : l’État ; la justice ; la liberté.

4- Anthropologie : la nature et la culture ; l’art ; la religion.

Le statut des repères reste celui qui est prévu par les programmes actuels. Les repères ne sont pas des notions et ils ne pourront donc pas donner lieu à des sujets d’examen. Le Groupe d’experts envisage d’en augmenter le nombre. Par exemple, serait ajoutée la distinction passion / action.

La liste des auteurs serait également élargie. Le Groupe envisage, par exemple, d’ajouter Engels et Feuerbach. Il travaille également à « féminiser » la liste, et à ajouter un très petit nombre d’auteurs orientaux, peut-être indiens.

Le calendrier de la réforme

- Le Groupe a suspendu ses travaux jusqu’à la publication au BO des programmes de première en janvier 2019.
- Ses propositions seront remises au CSP le 6 mai.
- À partir du 15 mai, le CSP examinera et ajustera éventuellement ces propositions.
- À partir du 20 mai, les propositions seront publiées par le CSP sur le site du ministère.
- Le 9 juin au plus tard, tous les programmes seront publiés.
- Cette publication sera suivie d’une consultation.
- Entre le 9 et le 11 juillet, les programmes seront soumis au CSE.
- La publication officielle au BO de ces programmes interviendra fin juillet au plus tard.